Crée en 2006, l’ANDRCT (Association Nationale pour la Défense et le Renouveau des Cultes Traditionnels) est une organisation non gouvernementale oeuvrant
dans plusieurs domaines sensibles de la vie sociale à savoir : la préservation de
l’environnement, de l’espèce humaine, mais aussi elle oeuvre dans le
développement des cultures africaines et particulièrement la valorisation des
cultures vodun. Pour jouer son rôle, l’association s’est officiellement enregistrée
au N°2008/040/MISP/DC/SG/DGAI/SCC-ASSOC du 05 Décembre 2008 et à
l’agrément N°:723/MCRI/DPDS/SPAA du 26 Juillet 2013. L’association
regroupe en son sein plus d’une trentaine de personnalités dont des rois, des chefs
de couvent et autres dignitaires vodun venus de différentes localités du Sud au
Nord du Bénin.

Depuis 2009, l’association oeuvre à la lutte contre les violences faites aux
enfants et aux femmes en participant à plusieurs interventions dans les communes
d’Allada et de Zakpota. Elle a dès lors contribution à l’identification et à la prise
en charge des femmes atteintes de fistules obstétricales dans l’Atlantique et dans
le Zou.

Très tôt, les acteurs de l’association ont été touché par les conditions
initiatiques des enfants, surtout la non jouissance de leurs droits ; même après
l’initiation. Dès lors, l’ANDRCT ONG en 2011 a suscité une étude exploratoire
sur les conditions d’initiation des enfants au vodun au Bénin. Et c’est avec une
attention particulière que l’UNICEF appuiera l’ANDRCT dans le cadre de cette
étude exploratoire sur la situation des enfants adeptes dans cinq communes du
Département de l’Atlantique.

Les résultats de l’étude, loin de rassurer ont suscité l’urgence de parer aux
dérapages et aux violations fragrantes ou voilées des droits des enfants. C’est ce
qui justifiera la mise en oeuvre d’un projet intitulé : Protection des enfants adeptes
du Vodoun initiés ou en initiation dans les communes d’Allada et de Toffo. Plus
tard, trois autres communes s’ajouteront à la liste des communes d’intervention.